Eglise Saint-Martin de Gigny

Eglise Saint-Martin de Gigny

Site et monument historiques à Saint-Dizier
Horaires et services non garantis
  • A Saint-Dizier, l'église primitive de l'ancien faubourg Gihinni (aujourd'hui Gigny) fut détruite lors du siège de 1544 par les armées impériales de Charles-Quint. L'église actuelle est fermée au public. Se renseigner auprès de la Paroisse.

    Détruite lors du siège de 1544 par les armées impériales de Charles Quint, l’église fut reconstruite à la hâte entièrement en bois puis par la suite en pierre.
    Les quatre cloches de cette église ont été fondues ensemble le 3 septembre 1777 et bénites...
    A Saint-Dizier, l'église primitive de l'ancien faubourg Gihinni (aujourd'hui Gigny) fut détruite lors du siège de 1544 par les armées impériales de Charles-Quint. L'église actuelle est fermée au public. Se renseigner auprès de la Paroisse.

    Détruite lors du siège de 1544 par les armées impériales de Charles Quint, l’église fut reconstruite à la hâte entièrement en bois puis par la suite en pierre.
    Les quatre cloches de cette église ont été fondues ensemble le 3 septembre 1777 et bénites quatre jours plus tard par maître Nicolas François Buirette, curé de cette paroisse. La plus grosse a été nommée Martine, la seconde Marie, la troisième Louise. L’acte de baptême mentionne une quatrième cloche, Nicole.
    Sous la Révolution elle fut d’abord fermée au culte et servit donc d’atelier de fabrication de salpêtre pour les fabriques de poudre. Les biens et mobiliers furent envoyés soit à l’hôtel de la monnaie à Paris ou à Metz, soit vendus aux enchères comme biens nationaux.
    Après la tourmente, la paroisse de Gigny fut définitivement supprimée au profit de Notre-Dame. Elle fut donc abandonnée sauf en 1814 où elle servit d’hôpital militaire.